Rwanda

Fonds Spécial Diabète – en collaboration avec le CHU de Butare

Personne de contact : le Dr François NGABONZIZA

« Un simple geste de gratuité, donc d’amour, suffit parfois pour laisser s’écouler des flots de grâces »
Dr François NGABONZIZA (Rwanda)

Le Dr François Ngabonziza, spécialisé en gastro-entérologie, formé au CHU de Liège, était médecin interniste au Centre Hospitalier Universitaire de Butare.  Il y apportait jusqu’en 2016 son aide au traitement des diabétiques pauvres. Cette aide est gérée par la Caritas Diocésaine via un Fonds Spécial Diabète (FSD) afin de leur permettre d’accéder aux soins. Certains malades sont suivis médicalement dans un hôpital de district proche du CHU de Butare, hôpital où le service médical de Caritas peut les accompagner. Une fois par mois, ces malades reçoivent un soutien nutritionnel dans les locaux de la Caritas Diocésaine.

En septembre 2016, le Ministère de la santé l’a transféré au CHU de Kigali.  Il y est plus proche de sa famille.  Mais il continue à suivre ses malades par l’intermédiaire d’une infirmière attachée au service médical de la Caritas à laquelle les fonds sont transférés et utilisés sous la supervision de l’Abbé Directeur.  Une fois par trimestre nous a-t-il écrit, il fait une revue des dossiers de tous les malades en vue d’une adaptation des traitements, en accord avec ses confrères.

Faire un don

Enfants de la rue Abadacogora/Intwari, à Kigali.

Personnes de contact : Père Marius DION avec l’aide de Sœur Agnès

Père Marius Dion

Ce projet permet au Père dominicain canadien Marius DION d’héberger, de soigner et d’éduquer près de 500 jeunes orphelins de 6 à 15 ans mais aussi de les former à des métiers (menuisier, maçon, couturier, coiffeur, etc.).

Soeur Agnès

Retrouver des membres de leur famille est aussi un des objectifs. Chaque année, Madame Monique MINEUR-DESWAEF se rend auprès de ces enfants pour y donner, durant plusieurs semaines, des cours aux jeunes filles abandonnées ; elle finance elle-même ses déplacements.

Pour les familles, des formations portant sur la gestion des conflits, le planning familial, les droits de l’enfant, la nécessité de l’épargne, etc., sont aussi organisées.  Enfin, l’octroi de micro-crédits permet de soutenir de petits projets générateurs de revenus.

Faire un don

Le Centre d’accueil des enfants de la rue à Kigali – les cultures potagères

Orphelins pris en charge à Kigali

Entraide Rwanda (Kabgayi)

Personnes de contact : Edmée CAPRASSE et Domitilla MUKANTABANA

Edmée Caprasse

Edmée CAPRASSE, infirmière de formation, a travaillé pendant près de 25 ans à Kabgayi comme enseignante et formatrice. Domitilla MUKANTABANA, qui est une de ses élèves qui a poursuivi une licence en Sciences Infirmières à l’Université de Louvain-La-Neuve, dirige aujourd’hui l’école d’infirmières.

Domitilla Mukantabana

L’action d’Entraide Rwanda a contribué à assurer, au moment du génocide rwandais en 1994 et dans les années qui ont suivi, la subsistance de réfugiés rwandais. Actuellement, elle soutient la formation d’infirmières à Kabgayi. Elle finance aussi une partie du minerval d’étudiants du secondaire. Un don d’Opération Secours a permis récemment l’acquisition d’un groupe électrogène pour l’école des Sciences infirmières.

L’école des Sciences infirmières, à Kabgayi

Hilde Taelemans

Enfin, Opération Secours a collaboré à la mise en route d’un foyer pour étudiantes à Gitarama-Muhanga, près de Kabgayi, géré par Hilde Taelemans.

Faire un don

Foyer social de Gihara et sa filiale de Massaka

Personnes de contact :   Sœur Marie Christine et Sœur Yvonne MUKANEZA

Ces Foyers ont fait appel à Opération Secours pour poursuivre leur programme de formation de jeunes filles en supportant la rémunération des monitrices. L’objectif des Foyers est d’aider ces jeunes filles à s’aider elles-mêmes. Durant un cycle de formation de trois ans, elles suivent des cours d’alphabétisation, des cours généraux, d’hygiène, de couture, etc. Au terme de leurs études, ces « finalistes » essaient de se regrouper en coopérative pour exploiter les acquis reçus au Foyer social.

Fin 2015, les Sœurs Dominicaines Missionnaires (DMA)  ont projeté de créer un ATELIER pour permettre à plusieurs des jeunes filles ainsi formées, parmi les plus pauvres, de se mettre ensemble pour faire fructifier ce qu’elles ont appris et assurer l’avenir de leur famille et éviter le chômage, le vagabondage et les grossesses prématurées.  Grâce aux dons recueillis, Opération-Secours participe à la mise sur pied  de ce projet en permettant l’acquisition de matériel (machines à coudre, à surfiler, à tricoter, tables, armoires, tissus, etc.).

Faire un don

Sœur Marie-Christine visitant le Foyer de Sœur Yvonne Mukaneza

Coopérative des finalistes de 2009

Aide à des veuves et étudiants pauvres de Kamonyi et Nyundo

Personne de contact : Monique HALLEUX

Durant de nombreuses années, Monique HALLEUX a dirigé une école sur la colline de Kamonyi, à 30 kms de Kigali, dans le sud du Rwanda, tout en y enseignant. A présent à la retraite, elle veille à la formation de jeunes étudiants pauvres, principalement dans la localité de Nyundo, dans le nord du Rwanda, par le paiement de leur minerval.

Faire un don

Centre de développement rural RYOHA à Kansi.

Personnes de contact :
Monique Mineur-Deswaef, Sœur Donatille et Sœur Epiphanie

L’orphelinat de Kansi accueillait une centaine d’enfants orphelins en vue de leur procurer une formation de base, et parfois davantage dans le but de leur permettre de sortir de l’ornièreSoeur Epiphanie de la pauvreté.

Actuellement, les autorités rwandaises n’acceptent plus ce type d’établissement (orphelinat) mais tous les enfants sont placés dans des familles d’accueil.  Ces enfants se rencontrent une fois par semaine dans le Centre Ryoha, centre de développement rural, à Kansi pour ne pas perdre contact entre eux.   Les plus âgés des enfants ont créé un groupement « Abajyamugambi » qui travaille via ce Centre, sous l’encadrement de Sœur Epiphanie ».

Le Centre RYOHA a pour objectif d’assurer la sécurité alimentaire et sanitaire des paysans les plus vulnérables de la société.  Ceux-ci sont réunis en plusieurs groupements que le Centre aide spécialement à obtenir de petits projets générateurs de revenus. Une autre activité du AbajyamugambiCentre est de s’occuper des personnes vivant avec un handicap. Le Centre assure leur réhabilitation sur une base communautaire et veille également à ce qu’ils reçoivent les soins médicaux appropriés. Enfin, le Centre assure les frais de scolarité, dont l’achat de matériel scolaire, pour les jeunes gens et les enfants en âge de scolarité.

Les groupements pratiquent différentes activités visant le développement, tel que des formations dans plusieurs domaines : l’agriculture, l’élevage, l’épargne, le commerce, etc. Le Centre leur octroie des crédits pour l’achat de bétail, de matériel agricole, etc. Ces interventions nécessitent des fonds en sorte que les dons sont attendus avec reconnaissance. 

 ElevagePorcs

Faire un don