Accueil

Créée en 1963, l’ASBL « Opération Secours » vient en aide de manière régulière à des volontaires nominativement identifiés, qui œuvrent à des causes humanitaires, principalement pour améliorer le sort des enfants.
Logo_W_Newsletters   Dp_Madagascar2  

Derniers Articles

Echos d’Ethiopie – 2018

Notre correspondant en Ethiopie, le salésien Cesare Bullo, nous a envoyé en cette fin d’année, ses remerciements pour le soutien que lui donne régulièrement Opération Secours, ses bons voeux, et en guise d’informations, un article publié cette année sur le site ANS – Agenzia Infos Salesiana, que nous reprenons ci-dessous.
Vous pouvez accéder à l’original en cliquant ICI.

Bonne lecture

(ANS – Addis-Abeba) – Le salésien coadjuteur Cesare Bullo, responsable de la Procure Missionnaire à Addis-Abeba, en Ethiopie, retrace l’histoire de la présence salésienne dans cette terre, dès les premiers contacts avec le gouvernement, les défis et les difficultés qui ont été traitées au fil des années.

En tant que l’un des pionniers de la présence missionnaire dans ce Pays, pouvez-vous nous raconter quelque chose à propos des premiers Salésiens qui sont venus ici?
En 1909, le gouvernement italien en Erythrée a dit au P. Rua qu’il souhaitait confier aux Salésiens la direction des écoles techniques du Pays et d’un orphelinat. Dans les années suivantes, de nombreuses demandes ont été faites pour inviter les Salésiens en Ethiopie. Enfin, entre 1960 et 1970, trois prêtres éthiopiens du diocèse d’Adigrat sont devenus salésiens et l’un d’entre eux, Sebhat-LeabWorku, a été élu archevêque d’Adigrat en 1972. C’est lui qui a ouvert la première école technique, à Makallé, en 1976.

Comment évaluez-vous la croissance de la présence salésienne en Éthiopie au cours de ces années?

Quand je pense aux Salésiens en Éthiopie, seuls des mots de gratitude envers Dieu me viennent à l’esprit. Être parmi les pionniers en ce Pays me remplit de joie. J’ai vu le charisme salésien se développer ici en Ethiopie, une terre où la tradition orthodoxe est forte. Notre présence a toujours été acceptée par les Éthiopiens et les autorités locales, au fil du temps, ont apprécié notre travail.

Pouvez-vous raconter un événement inoubliable, vécu pendant ces dernières années?

Dès mon arrivée, j’ai travaillé avec des enfants et je vivais la joie d’être missionnaire. Puis, entre 1984 et 1985, l’Éthiopie a été traversée par une grande sécheresse. C’était un véritable désastre humanitaire. La télévision diffusait continuellement des images d’enfants squelettiques et sous-alimentés.
En tant que Salésiens, nous avons décidé d’aider ceux qui en avaient le plus besoin, nous voulions sauver autant de personnes que possible. À partir de là, le monde entier s’est mobilisé et beaucoup sont venus voir ce qui se passait : le chanteur Bob Geldorf, l’actrice Audrey Hepburn, le sénateur américain Ted Kennedy. Et puis Mère Teresa, venue de Calcutta. Je lui ai demandé d’envoyer des missionnaires à Adua et elle l’a fait promptement.

Quel est le résultat le plus grand qu’on puisse atteindre en tant que missionnaire en Éthiopie ?

Bien sûr, la plus grande réalisation n’est pas celle de construire des infrastructures. Le résultat le plus grand est de voir comment la foi a grandi dans cette terre.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes de votre Visitatorie ?

Qu’ils soient toujours généreux ! Ils ne doivent pas hésiter à se donner aux autres et à se mettre au service des plus nécessiteux.

  1. Assemblée générale du 13 juin 2018
  2. Gadji, le 27 octobre 2017
  3. Assemblée générale du 10 mai 2017
  4. Cameroun – Gadji
  5. Nouvelles d’Argentine
  6. Merci à notre président.
  7. Assemblée générale du 29 juin 2016
  8. Voeux de Palestine
  9. Voeux d’Argentine